Le sucre, un si doux poison…

On a du mal à s’en passer même si on sait combien il est néfaste pour la santé. Dans les années 1900, le Français consommait en moyenne 2,4 kg de sucre/an contre 50 kg aujourd’hui ! Le sucre est un moyen pernicieux de compenser le stress, le vide de l’existence, le manque d’amour…
Il est rassurant aussi : regardez les bébés. Quand vous leur proposez un nouvel aliment il faut en moyenne le présenter une dizaine de fois avant qu’il ne soit accepté (variation alimentaire). Une seule fois suffit… si celui-ci est sucré !

Le sucre est un véritable poison et ses effets sont encore plus néfastes chez les femmes.
Il attaque les fibres de collagène, ce qui nous fait vieillir plus vite (plus de rides). Il provoque une plus grande perméabilité de l’intestin (moins d’énergie, plus de fatigue et de déprime car moins de sérotonine). Il nous fait prendre de la mauvaise graisse (pic d’insuline), donc moins de muscle et plus de cellulite !
Ne les mettons pas pour autant tous dans le même panier…

Le cerveau ne peut pas faire des réserves de sucre. Il doit être constamment alimenté en glucose (environ 120 g par jour). Du sucre, mais de bonne qualité.
Sucres raffinés et transformés sont non seulement pro-inflammatoires mais ils ont des effets délétères sur notre santé physique et neurologique. Plus l’index glycémique d’un aliment est élevé, plus l’absorption du glucose est rapide, ce qui provoque une forte sécrétion d’insuline et stimule la faim car les fluctuations fortes et rapides du taux de sucre sanguin déclenchent des mécanismes contre-régulatoires. C’est le cas par exemple des hormones du stress (adrénaline et cortisol) qui engendrent la sensation de fringale et l’envie permanente de manger du sucre. Elles sont libérées en cas de variation du taux de glucose dans le sang.
Pour éviter fatigue chronique, épuisement et perte d’estime de soi, optez pour les aliments à IG bas qui améliorent nos performances intellectuelles.