9 Principes de vie de Miyamoto Musashi

  1. Éviter toute pensée perverse
  2. Se forger dans la voie en pratiquant soi-même
  3. Embrasser tous les arts et non se borner à un seul
  4. Connaître la Voie de chaque métier, et non se borner à celui
    que l’on exerce soi-même
  5. Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de
    chaque chose
  6. En toutes choses, faire confiance à son intuition
  7. Percevoir les choses que l’on ne voit pas
  8. Prêter attention au moindre détail
  9. Ne pas faire ce qui est inutile
  • Principe 1

“Éviter toute pensée perverse”
Le mot pervers prend le sens de pensées négatives, ou de “à
l’envers”. Musashi parle ici du mental, de notre mental qui
donne toujours une vision déformée de la réalité. Combien de
fois, imaginons nous les situations pires qu’elles ne le sont en
réalité, combien de fois nous imaginons nous incapables et
disons : je ne vais pas y arriver. Combien de fois avons nous
peur du regard des autres par besoin sous-jacent de se sentir
reconnu ?
Les choses sont en fait bien plus aisées que nous ne le pensons
au départ. Il suffit d’agir pour s’en rendre compte.
Devant un exercice nouveau ou une situation nouvelle dans
votre vie, stoppez vos pensées négatives et observez comment
vous pouvez réussir. Ce travail sur le mental est loin d’être aisé,
il faut juste en prendre conscience à chaque instant pour
avancer et profiter des joies de la vie au lieu de vous lamenter.
Epictète Attitude et caractère de l’homme ordinaire: il
n’attend rien, en bien ou en mal, de soi-même, et tout des
circonstances extérieures. Attitude et caractère du philosophe:
il attend tout, en bien comme en mal, de soi-même. Signes
distinctifs de l’homme en progrès: il ne blâme personne, ne
loue personne, ne reproche rien à personne, n’accuse personne;
il ne dit jamais rien qui tende à faire croire qu’il sait quelque
chose ou qu’il est quelqu’un. En cas d’échec ou d’obstacle, il ne
s’en prend qu’à soi-même. En un mot, le seul ennemi qu’il ait à
redouter, c’est lui-même !

  • Principe 2

“Se forger dans la voie en pratiquant soi-même” :
Pratiquez avec le corps et l’esprit !
Chaque situation qui se présente est l’occasion d’un
entraînement qui doit se traduire par des pensées justes, des
paroles justes, des actions justes. Comme Benjamin Franklin,
vous pouvez vous imposer chaque soir un examen de vos
comportements ou des situations de la journée, afin de faire le
point et de conscientiser vos attitudes et schémas, ou voir
comment vous auriez pu faire différemment.
“Chaque jour, je m’examine plusieurs fois : Me suis-je
fidèlement acquitté de mes engagements ? Me suis-je montré
digne de la confiance de mes amis ? Ai-je mis en pratique ce
qu’on m’a enseigné ?” Confucius.
Libérez-vous de certaines contraintes, faites des choix et vous
trouverez le temps, l’énergie et la motivation de pratiquer, ne
laissez pas la vie vous commander et prenez conscience à
chaque instant de votre libre-arbitre.

  • Principe 3 et 4

Ces deux principes se complètent.
“Embrasser tous les arts et non se borner à un seul”
“Connaître la voie de chaque métier et non se borner à
celui que l’on exerce soi-même”
Musashi invite à une certaine polyvalence dans les arts
martiaux ; à ne pas se limiter à la pratique d’un seul art, mais à
se familiariser avec tous les autres arts (d’autres arts existent,
celui de l’ikebana, l’origami, katagami, nô, calligraphie,
bonzaï…). L’avantage que représente une telle démarche, se
révèle dans la pratique des arts martiaux et dans tous les
domaines, y compris professionnel.
Les recruteurs recherchent actuellement des profils issus de
formation générale qui permet de situer les problèmes dans un
ensemble et d’envisager des stratégies à moyen et long terme en
fonction d’une continuité et en tenant compte de la dimension
humaine.
“Il ne suffit pas d’apprendre à l’homme une spécialité. Car
il devient ainsi une machine utilisable mais non une
personnalité. Il importe qu’il acquiert un sentiment, un
sens pratique de ce qui vaut la peine d’être entrepris, de
ce qui est beau, de ce qui est moralement droit. Sinon il
ressemble davantage, avec ses connaissances
professionnelles, à un chien savant qu’à une créature
harmonieusement développée. Il doit apprendre à
comprendre les motivations des hommes, leurs chimères
et leurs angoisses pour déterminer son rôle exact vis-à-vis
des proches et de la communauté.”Albert Einstein

  • Principe 5

“Savoir distinguer les inconvénients et les avantages
de chaque chose”
Il n’y a pas d’avantage sans inconvénients et pas d’inconvénient
qui ne contienne un avantag. Nous vivons dans un monde
d’ambivalence, de dualité et de contradictions.
Il faut savoir voir et embrasser le tout.
Dans un couple, il y a une personne avec une deuxième
personne et l’entité couple qui existe ensuite, cela fait 3. Si vous
ne tenez pas compte du 3, vous restez dans la fusion-confusion.
Acceptez les différences. Chacun continue d’exister
individuellement. Ayez des projets pour chacun et pour le
couple.
Il faut voir et aborder les situations dans leur
complexité. Un problème réglé engendre un avantage, mais
aussi un autre inconvénient, la solution d’un problème
engendre un autre problème sur un autre plan. Restez lucide,
considérez les situations dans leur complexité et prévoyez
autant que possible les inconvénients qu’entraîneront
nécessairement les avantages obtenus, considérez les avantages
obtenues dans les situations jugées comme défavorables.

  • Principe 6

“En toute choses, faire confiance à son intuition”
“Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est
un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui ignore le
serviteur et a oublié le don.” Albert Einstein.
L’intuition est la faculté qui permet d’entrer en rapport avec le
Soi, le guide intérieur en chacun de nous. Être à l’écoute de
son intuition, permet de créer sa vie, en trouvant en soi les
réponses aux grandes questions : “Que devrais-je faire de ma
vie ? Comment éveiller et exploiter pleinement mon potentiel ?
Que devrai-je faire dans cette situation?, etc.” Trouver en soi
des réponses à de telles questions revient effectivement à
créer sa vie.
Pour amorcer cette transformation nous devrons changer
certaines de nos croyances. Car ce sont nos croyances qui créent
ce que nous vivons et la façon dont on voit le monde, les autres
et nous-mêmes. Ce sont nos croyances qui déterminent nos
limites et qui nous empêchent de réaliser notre potentiel.
Changer radicalement nos croyances, conscientes et
inconscientes nous permettra d’explorer notre vaste espace
intérieur.

  • Principe 7

“Connaître d’instinct ce que l’on ne voit pas”
Ce principe se rapporte à la nature animale de l’homme.
Musashi fait la distinction entre l’intuition et l’instinct.
L’instinct correspond au niveau du cerveau reptilien de survie,
celui de l’animalité, de l’énergie vitale.
“Prendre conscience de ce qui n’est pas évident.”

  • Principe 8

“Prêter attention au moindre détail”
Musashi précise : “Ce qui est important, c’est que dans cette
Voie, on ne peut devenir expert en la tactique sans avoir une
vue directe et vaste… […] La position doit permettre de voir
largement et vastement. Entre voir et regarder, voir est plus
important que regarder. L’essentiel dans la tactique est de
voir ce qui est éloigné comme si c’était proche et de
voir ce qui est proche comme si c’était éloigné.
L’important dans la tactique est de connaître le sabre de
l’adversaire, mais de ne pas regarder du tout ce sabre adverse.
Méditez bien là-dessus. Cette position des yeux convient aussi
bien dans la tactique du simple duel que dans une bataille.” “Le
premier point est de savoir regarder de côté sans bouger les
pupilles.”
Ce qui revient à investir l’attention dans le champ visuel élargi
que propose la vision périphérique.
Dans la pratique, nous avons l’habitude de pratiquer des
techniques d’une certaine façon. Nous ne pensons plus aux
détails car cela fait des centaines de fois que nous faisons ce
mouvement. C’est une erreur. Même les exercices les plus
élémentaires doivent être effectués avec une attention
particulière sur les détails. Dès que vous devenez un robot, vous
cessez d’apprendre.

  • Principe 9

“Ne rien faire d’inutile”
Ce principe, comme Musashi le précise, trouve à s’appliquer à
toutes les circonstances de la vie : dans “l’art de maîtriser les
circonstances sans leur opposer de résistance.”
La «loi d’économie» est aussi un principe de vie. Elle doit nous
inspirer non seulement dans la gestion de nos entreprises mais
aussi dans nos vies : nos attitudes, nos comportements. Devant
une tâche à accomplir, nous devons nous demander comment y
parvenir sans perte inutile d’énergie.
Le dernier des neuf principes de Musashi nous rappelle en effet
que l’objet de la démarche est la sagesse, l’action n’étant dans
la tradition du guerrier que le moyen d’y parvenir.
“Le bonheur vient de l’attention aux petites choses et le
malheur, de la négligence des petites choses.” Lao Ts
Conclusion
Pratiquez, réjouissez-vous et utilisez ces principes dans votre
vie.
Faites de votre vie un lieu de conscience et de joie.

A lire : v Le Traité des Cinq Roues, Miyamoto Musashi
v Surmonter les émotions destructrices : Un dialogue avec le Dalaï-Lama de Daniel
Goleman, Dalaï-Lama, Matthieu Ricard et Anatole Muchnik (16 janvier 2008)
v Le décodeur des émotions : Développez votre intelligence émotionnelle de Yves Alexandre Thalmann (22 août 2013)